comment continuer le compost en hiver ?

Comment entretenir un compost pendant l’hiver ?

A la fin de l’automne, le jardinier peut regarder les restes de son jardin et se demander s’il ne devrait pas laisser son compost en sommeil pendant l’hiver. Ce serait une chose facile à faire, mais vous continuez à produire des déchets de cuisine même lorsque l’hiver est arrivé, non ?

Garder le compost extérieur actif toute l’année présente de nombreux avantages : il produira de l’engrais pour les plantations au printemps, il peut supporter plus que la plupart des systèmes intérieurs et il peut même servir de source de chaleur secondaire pour une serre. Pour que le compost reste actif pendant l’hiver, en particulier dans les climats froids, la clé du succès est la préparation.

Les préparatifs de base pour le compostage en hiver

Voyons en quelques minutes quelques uns des éléments indispensables à faire pour que le compost passe l’hiver sans stopper son travail. Avec le froid, il est plus difficile pour les microorganismes de résister, c’est pourquoi vous devriez suivre ces quelques conseils.

Continuer à ajouter du carbone

Il faut d’abord se rappeler que le compost doit être alimenté avec le bon équilibre d’ingrédients verts (azote) et bruns (carbone). Les déchets verts continueront d’être produits dans votre cuisine pendant l’hiver, mais la plupart des matières brunes, comme les feuilles séchées, la paille et les débris végétaux, auront été produites à l’automne. Rassemblez les feuilles d’automne et mettez-les en sac ou placez-les dans un endroit sec près du compost pour équilibrer les déchets verts qui sont ajoutés pendant l’hiver. N’oubliez pas qu’il faut un peu plus de matière brune pour équilibrer le vert ajouté au compost.

Les feuilles peuvent être une excellente source de carbone pour le compost, et il en faut davantage pour le compostage durant l’hiver, mais comme pour tout, il ne faut pas abuser des bonnes choses. C’est pourquoi il est possible de mettre en place un compost de feuilles séparé et une stratégie efficace dès l’arrivée de l’automne dans le jardin.

Ramassez les feuilles à l’automne et stockez-les sous abri pour les utiliser en compostage pendant l’hiver.

Pour commencer un tas de compost de feuilles, rassemblez les feuilles et déposez une couche de terre : utilisez une couche de terre pour chaque demi-mètre de feuilles. Le tas doit avoir un diamètre approximatif de 1,5 m et une profondeur de 1,5 m. Veillez à ce que le compost soit suffisamment humide pour qu’une ou deux gouttes puissent être extraites d’une poignée du centre du tas.

feuilles en décomposition pour le compost en hiver

Recouvrez le tas de compost naturel avec un plastique, en alourdissant les bords avec des pierres. Essayez de ne pas comprimer les feuilles. Le compost sera prêt quand il sera sombre et friable, dans cinq à six mois environ. Ce compost n’est pas un engrais, car il ne contient pas vraiment beaucoup de nutriments ; mais c’est un excellent ajout organique au sol.

Isoler le compost actif

Même par temps très froid, les microbes du compost doivent être maintenus en activité. Il faut donc veiller à ce qu’ils restent au chaud. Pour s’y préparer, il faut récolter le compost fini à l’automne pour faire place à de nouveaux ajouts au cours de l’hiver.

Utilisez-le dans les plantes d’intérieur ; répandez-le sur la pelouse, dans les jardins et autour des arbustes. Lors de la révision du système de compostage, placez le bac à compost au soleil pour l’hiver ou dans une partie plus chaude de la cour.

Soyez réaliste dans le choix de l’emplacement du composteur en hiver, en tenant compte de ce que sera l’ajout de déchets de cuisine en cas de fortes pluies, de vent ou simplement de froid. Commencez à reconstruire avec une couche de feuilles, ou avec de la paille, du carton ou de la sciure. Placez la partie active au milieu, puis recouvrez-la de matière brune. Cela permet d’isoler le compost actif.

Garder un oeil sur le taux d’humidité du compost pendant l’hiver

Dans les climats plus doux, l’isolation n’est pas si importante pour maintenir les bactéries du compost actives, mais il peut y avoir d’autres défis. Dans les régions froides et pluvieuses comme la région des Hauts de France, la Normandie et ou l’Ile de France, c’est le contrôle de l’humidité qui est le plus important pour maintenir le compost naturel actif pendant l’hiver. Cela peut être difficile avec un système de tas, car la pluie s’infiltre dans le sol et est absorbée par le compost. Gardez les tas de compost bien couverts pour éviter que la pluie ne tombe directement sur le tas de compost en activité.

Les composteurs sont des unités hermétiques, ce qui fait que la pluie n’est pas un problème. Cependant, même un composteur scellé peut être trop humide à l’intérieur pendant les mois d’hiver. Cela est généralement dû à un manque de matières carbonées pour absorber l’humidité des matières azotées telles que les déchets de cuisine. Un taux d’humidité élevé contribue également à l’excès d’humidité, car la plupart des composteurs sont aérés.

Ajoutez des matières carbonées telles que de la tourbe ou des feuilles sèches qui absorbent l’humidité, et ouvrez les trous d’évacuation du composteur. Pour en savoir plus sur la restauration d’un compost humide et inactif, lisez notre article sur la manière de réparer un tas de compost détrempé.

La région où vous résidez, – a fortiori, la région où vous gérez votre compost – varie quant aux besoins de compostage par endroits. Dans le climat généralement plus sec en hiver, comme en Provence, les habitants trouveront que le compostage d’hiver est à peu près le même que le compostage d’été. Cependant, il faut rester vigilant puisqu’en hiver, le compost peut être soumis à des vents plus sec et il peut devenir trop sec.

Le compostage dans un climat encore plus chaud peut présenter ses propres problèmes. En hiver, il est bon de tasser le compost, puis de faire un cratère dans le haut, pour récupérer la pluie qui tombe. Pour tirer le meilleur parti de l’eau, un tuyau de 30 à 60 cm percé de trous à intervalles réguliers peut distribuer l’humidité plus profondément dans le compost.

Les différentes méthodes de compostage ont des procédures différentes pour l’hivernage du compost. Elles consistent essentiellement à contrôler la température et l’humidité.

Voici un aperçu des méthodes de compostage de base et de la manière dont elles peuvent être utilisées pour fournir du compost pendant les mois d’hiver.

Le composteur à tambour

Les composteurs à tambour sont les systèmes à bacs fermés. Les tonneaux de compostage sont les plus efficaces et permettent de composter relativement facilement tout au long de l’année. Un tonneau à compost (ou culbuteur de composte) est un bac sur un support, qui peut donc être filé pour mélanger le compost. Le culbuteur est muni d’une forme d’aération, comme des aérations, des pointes ou un tube perforé qui remonte au centre pour permettre la circulation de l’air.

Un composteur de jardin est facile à déplacer grâce à son système d’auto-confinement, et sa couleur foncée permet de le garder chaud. En continuant à se nourrir de matière verte et brune, on peut maintenir les bactéries en vie et en activité toute l’année.

Ce qui est bien, outre ce qui précède, c’est que la faune ne peut pas accéder aux déchets mis dans ces récipients. Les composteurs de jardin permettent de garder le compost contenu, le tout dans un seul endroit, et sans odeurs pour le voisinage. Les tonneaux de compostage sont également appelés composteurs par lots, car ils décomposent un lot à la fois. Certains modèles ont deux compartiments, ce qui permet d’ajouter un lot à l’autre pendant que celui-ci mûrit. Comme ils sont contenus et surélevés par rapport au sol, les composteurs de jardin en forme de tonneaux à compost sont le moyen le plus simple de maintenir le compost actif pendant l’hiver.

Les bacs à compost

Un autre système de bacs fermés peu coûteux est le  » compost-digesteur « , ou bac à compost sur pied. Il s’agit généralement de bacs à fond ouvert qui reposent directement sur le sol. Les matériaux sont ajoutés par le haut et le compost fini est retiré par le bas, généralement par un orifice coulissant. Il n’est pas vraiment possible de retourner le compost car il y a peu de place pour travailler avec une fourche, ce qui signifie que la production de compost fini peut prendre des mois.

Pour faire hiverner un bac à compost, ajoutez beaucoup de matériaux secs tels que des feuilles, du chaume ou de la paille en plusieurs couches chaque fois que vous ajoutez des déchets alimentaires ou des matériaux humides. Le cœur de la masse de compostage doit rester actif pendant les mois froids. Si vous videz le bac à l’automne, placez-le dans un endroit ensoleillé pour l’hiver et isolez-le pendant les vagues de froid.

Les bacs à compost sont disponibles en petites dimensions et conviennent aux citadins qui ne disposent que d’une ou deux personnes pour fournir les déchets à composter. Les bacs de digestion sont parfaits pour le compostage en continu et peuvent accueillir un large éventail de déchets. Ils sont parfaits pour les propriétaires qui veulent juste jeter leurs déchets et récolter le compost quand ils en ont besoin. Ces bacs à compost sont également pratiques pour le jardinier qui peut y jeter les tailles d’arbustes et les squelettes de plantes du potager récolté.

Les piles de compost – Tas de compost

Les tas de compost sont le système de compostage le plus simple, puisque la plupart des matières organiques laissées sur le sol finiront par se composter naturellement. Pour commencer un tas de compost, il faut commencer le tas sur le sol avec une couche inférieure de bâtons, de brindilles ou de paille afin d’aérer et de permettre aux vers de terre et aux insectes de grimper. Ajoutez le compost par couches, en commençant par le vert des restes de cuisine, des tontes d’herbe, etc., puis le brun des feuilles séchées, de la sciure, de la paille et des cendres de bois. Pour vraiment démarrer un tas, trouvez du fumier de cheval ou de bœuf pour le faire démarrer. Comme pour les autres systèmes de compostage, gardez le fumier humide et retournez-le à l’aide d’une fourche pour l’aérer. Couvrez le tas avec une bâche pour empêcher la pluie de pénétrer.

Passer l’hiver avec un tas de compost peut avoir ses inconvénients. Même si le tas est recouvert d’une bâche, l’humidité du sol peut s’infiltrer dans le tas et ralentir le processus de compostage. La bâche ou la couverture doit être enlevée chaque fois que de nouvelles matières sont ajoutées, ce qui peut devenir fastidieux pendant les périodes de neige et de gel. Sans parler des rongeurs et des animaux domestiques qui peuvent et vont creuser dans le tas à la recherche de tout ce qui est comestible parmi vos dernières contributions.

Même si c’est généralement toute une organisation, un tas de compost peut être entretenu tout au long de l’hiver. Avec une bâche sombre et une isolation généreuse à l’aide de paille, de journaux ou de feuilles, les bactéries peuvent rester actives, sauf pendant les périodes les plus froides de l’année. Au printemps, vous pouvez pelleter le tas et trouver au fond une grande quantité de compost prêt à l’emploi.

En hiver, surveiller l’isolation de votre compost

Dans tous les composteurs, sauf les plus actifs, une isolation sera nécessaire pour garantir que le compost reste actif pendant l’hiver.

L’isolation peut être aussi simple que du carton, de la paille ou des feuilles brunes recouvrant un tas de compost, ou aussi complexe qu’un abri construit et isolé autour d’un bac. Un système de culbuteurs peut être déplacé dans un garage, une serre ou un hangar pour plus de chaleur et de protection contre le vent. Un système de digesteur peut avoir des balles de paille empilées autour de lui, ou une petite structure peut être construite et rembourrée avec de l’isolant entre la boîte et le bac.

En ce qui concerne le maintien du compost actif, la neige n’est pas inintéressante. La neige est un isolant très efficace. Cherchez des moyens de réduire le facteur de refroidissement éolien, par exemple en plaçant le composteur du côté sous le vent d’un bâtiment, d’une clôture ou d’un élément naturel.

Méthodes de compostage en intérieur

Pourquoi voudrait-on braver le froid et la neige juste pour amener des déchets au compost ? Heureusement, il existe des moyens de traiter les déchets pendant l’hiver sans avoir à affronter l’hiver de front. Une solution consiste à installer un composteur scellé et isolé dans un coin du garage. Un composteur scellé avec un équilibre adéquat entre les composants de carbone et d’azote ne dégagera aucune odeur de compostage.

Une autre méthode est le vermicompostage, ou lombriculture. Un lombricomposteur est efficace, inodore et peut être conservé à l’intérieur. Il y a des personnes qui, pour diverses raisons, ne souhaitent pas avoir un système de lombricompostage à la maison ; cependant, les lombricomposteurs peuvent également être conservés dans le garage ou à l’extérieur.

Une troisième façon de composter à l’intérieur est d’utiliser un digesteur de déchets alimentaires électrique comme le Food Cycler. Ces modèles de comptoir hachent et déshydratent les restes de nourriture, les réduisant en un engrais riche en nutriments. Conservez-les pendant l’hiver dans un sac ou un seau et appliquez-les dans votre jardin au printemps.

La meilleure raison de maintenir un compost actif pendant l’hiver est probablement l’avance qu’il donne à votre jardin au début du printemps. Pendant l’hiver, votre compost donnera également un coup de pouce bienvenu à vos plantes d’intérieur pendant les mois d’hiver mornes.

Dans le jardinage, la préparation est essentielle. L’été est une préparation à l’hiver, pour faire pousser des aliments qui permettront aux familles de passer les mois froids ; mais l’hiver est rarement considéré comme une préparation à l’été. Le compostage est l’une des nombreuses façons dont un propriétaire peut se préparer pour le printemps et la saison de croissance.

En gardant le compost actif et en produisant cet or noir que les plantes aiment tant, nous relions l’hiver à l’été, en faisant en sorte que chacun se complète avec ce que la nature a à offrir ; en prenant les restes de l’été dernier pour faire de nouvelles plantes cet été. Maintenir le compost en activité pendant l’hiver est une source de satisfaction pour le jardinier tout en offrant une merveilleuse prime pour le printemps.

2 réflexions au sujet de “Comment entretenir un compost pendant l’hiver ?”

  1. Je confirme qu’il faut prendre soin de son compostage en hiver. Votre article est très bien écrit et les méthodes proposées sont de bonnes pratiques que chaque jardinier en herbe devrait appliquer rigoureusement.
    En hiver, j’ai pris pour habitude d’ajouter de la paille que j’achète pour mon lapin dans le compost.

    Répondre

Laisser un commentaire